•  

     

     

     

    La vendeuse de fleurs de Georgios Jakobides 

     

    Enfance soie aux cernes bleutés

    Petite âme en désespérance

    Ni le froid de la pierre

    Ni l'indifférence des passants

    ne sauront altérer ce sourire

    en attente du premier soleil

    Caresse maternante sur voile de tristesse

    cette onde bienfaisante

    comme une mère aimante

    lentement glisse et réchauffe

    permet aux rêves de s'ouvrir

    comme la fleur s'épanouit

    Moment privilégié où s'endort la misère

    quelques instants volés à l'innommable

    où l'espoir a soudain un goût de friandise

    Balaline

    Pour l'Herbier d' Adamante

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Avril à 01:02
    Célestine

    Oserais-je dire que l'espoir a toujours un goût de friandise, dans ce monde de brutes?

    très beau poème, Balaline. Pudique et émouvant.

     

    ¸¸.•*¨*• ☆

     

    2
    Dimanche 30 Avril à 02:28
    Sans larmoiement tu nous rappelles Balaline que nous sommes tous enfants de la terre enfants de migrants , enfants de misère rêvant à la terre promise.
    3
    Dimanche 30 Avril à 08:23

    Beau dessin et belle poésie-chanson inspirée de l'oeuvre. Ton âme est douce, tes mots sont doux et j'entends qu'ils chantent en moi, Balaline!

    4
    Dimanche 30 Avril à 09:16

    Tout est dit avec Tendresse ; Tout est perçu avec pudeur ....On a presque envie de murmurer ....

    5
    Dimanche 30 Avril à 11:52

    Ton poème est de toute beauté, tout plein de compassion mais aussi de sourires d'espoir!

    Il est plein de délicatesse et de tendresse..

    Il m'a rappelé une chanson de Berthe Sylva que mon papa chantait souvent:

    "On l'appelait Fleur de Misère
    Petit ange aux grands yeux profonds
    Dans un' roulotte à la barrière
    Elle était l'jouet des vagabonds
    Parfois dans ses heures amères
    Elle songeait aux p'tits enfants
    Bercés, choyés par leur maman
    On l'appelait Fleur de Misère."

    6
    Dimanche 30 Avril à 13:04

    Bonjour ma chère Balaline, je rejoins notre chère Marie et son écrit particulièrement tendre. Ton  poème dirigé vers l'espoir, nous en avons tant besoin ces derniers jours... Que ton week-end soit doux et tendre comme tes mots de réconfort. Gros bisous

    7
    Dimanche 30 Avril à 21:34
    Marieluce

    Tout le monde a droit à l'espérance, pourquoi vouloir la refuser aux plus malheureux ?

    8
    Lundi 1er Mai à 16:03

    J'aime énormément ta page, Balaline.

    Merci pour ce moment d'espoir et de tendresse.

    Bisous et douce journée. Heureux premier mai.

    9
    bizak
    Lundi 1er Mai à 16:40

    Tes poèmes Balaline sont empreints de couleurs de coeur et celui-là en rajoute dans la tendresse et la mélodie et surtout dans la chaleur humaine. Bises radieuses

    10
    Lundi 1er Mai à 18:46

    C'est émouvant, doux et tragique comme un conte pour enfants. Et ta petite marchande de fleurs rejoint la petite marchande d'allumettes.

    11
    Mardi 2 Mai à 08:49

    Quelques friandises

    douces et éphémères

    cueillir l'instant

    12
    Mercredi 3 Mai à 08:41
    marine D

    Moment privilégié où s'endort la misère... merci pour ce beau texte Balaline

    13
    Samedi 20 Mai à 18:55

    J'aime beaucoup, évidemment et particulièrement la finale. Avec des mots différents, je crois que nous avons resenti la même chose sur cette image. belle fin de semaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :