• A Nina

     Proposition 100 de l'Herbier poésies 

    illustration Adamante

     

    Nina s'est installée dans l'hiver, chaussons blancs et provision de laines, quelques romans d'amour et .... la fuite du temps .
    Un nouvel hiver, une autre solitude qui s'égoutte sur ses vitres de brume et son ciel de cafard. Presque le bout du monde, la plaine ensevelie sous des couches de silence.

     

    Au bout du jour, peut-être
    la consolation
    des beautés ouatées du couchant

     

    Le vent a mugi aujourd'hui, porteur de souffles vagabonds, de soupirs douloureux, de défaite.
    Les heures creuses, une à une, s'enlisent.

     

    Le rêve enfui
    écouter les battements de coeur
    le passeur de sourires

     

    Où vas-tu Nina, dans ce sentier aux herbes buissonnières, déjà fanées, déshabillées de vie ?
    Trouveras-tu la porte de l'oubli, l'odeur des pétales de jasmin, la respiration soyeuse d'un jour de joie? 

    Un chemin de hasard
    une ribambelle de cyclamens rosissants
    cadeau des heures douces

    Tu vois, ton pas se presse et le rose des fleurs embellit ton sourire.

     

    Balaline

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 17 Février à 23:55

    Grâce à tes mots d'une poésie sensible, envoûtante, sublime, j'ai suivi Nina sur ce chemin de hasard où la vie réserve de bien jolies surprises (à qui sait les voir et les reconnaître). Merci. Beau dimanche. Bises.

    Fabrice

    2
    Dimanche 18 Février à 09:10

    Nina a su faire de sa solitude une douce compagne avec qui elle s'est calmement installée derrière la porte de l'oubli.

    Ton poème Balaline est empreint d'une tendre fatalité heureuse.

    Merci

    3
    Dimanche 18 Février à 09:21

    Merci pour cette merveilleuse page.

    Bisous et douce journée Balaline.

    4
    bizak
    Dimanche 18 Février à 10:01

    Danser, courir, voleter, quel-qu’en soit le temps, la vie est là, il faut la vivre. 

    Bises

    5
    Dimanche 18 Février à 18:23
    célestine

    Ah...Nina, j'aime ta consolation des beautés ouatées du couchant

    et ton passeur de sourire

    C'est très beau

    ¸¸.•*¨*• ☆

    6
    Mahina
    Dimanche 18 Février à 18:34
    Mahina

    Un petit coucou....

    7
    Lundi 19 Février à 16:12

    J'ai suivi Nina sur le chemin de tes mots entre solitude, chagrins et petits bonheurs tout simples jusqu'au sourire...

    Ton poème est chargé d'émotions, un vrai chef d’œuvre.

    8
    Lundi 19 Février à 18:45

    C'est un très joli conte d'hier et d'hiver, l'histoire  de Nina qui va par de petits chemins, comme la vie qui s'écoule peu à peu, sans faire grand bruit, mais avec beaucoup d'émotion et de douceur.

    Merci Balaline pour les mots et la belle illustration.

    Bonne soirée.

    9
    Mercredi 21 Février à 15:44

    Mélancolique mais pas morose, solitaire mais pas esseulée, lasse mais pas résignée,  elle a fini par trouver le chemin... Merveilleuse Nina que tu nous contes là, à touches gracieuses. 

    C'est prenant. C'est beau.

    10
    Mercredi 21 Février à 18:31

    Oh !!! Que c'est beau Balaline ..A pleurer d'émotion ...

    11
    Lundi 26 Février à 10:55

    Je reviens doucement sur les blogs après une semaine chagrin. Merci pour cet hymne à la solitude dans un jardin extraordinaire.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :