• Elles avaient tant aimé la vie !

    Elles avaient tant aimé la vie !

    Proposition 105 pour l'Herbier d'Adamante

    Doris Salcedo   Atrabillarios 1992-2004

    Musée d'Art contemporain de Chicago 

     

     

    Chut ! Ecoutez !

    J'entends, vous entendez aussi, juste un murmure, une lamentation

    venue du fond des âges, tous ces appels arrachés à la vie.

    Ils viennent vers nous, livrant leur ultime résistance, un rappel de mémoire.

     

    Elles avaient tant aimé la vie !

    Elles avaient vingt ans,

    trente, quarante ou beaucoup plus.

    Leurs pas dansaient dans  la lumière,

    sur l'asphalte abîmé,  sur les parquets cirés,

    sur les chemins de sable.

    En chaussons de dentelle, en escarpins de soie, en sabots de bois tendre...

    Leurs pas perdus sous le soleil de mai,

    les tout premiers dans les bras de leur mère,

    les hasardeux au pays de l'amour,

    les " tangotant " lors des bals du dimanche,

    les tout menus avec le poids des ans.

    Tous ces pas de poussière à peine effacés,

    reflets de vos résistances, de vos souffrances,

    de vos peurs .

    Femmes libres, vos âmes éblouissent encore le chemin !

     

    Balaline

    20 mars 2018


  • Commentaires

    1
    Adamante
    Vendredi 23 Mars à 02:45
    Pourquoi faire reférence à l'herbier alors que ce texte n'est pas sur la page commune.
      • Vendredi 23 Mars à 07:45

        Adamante,

        ton commentaire me fâche beaucoup car j'ai bien envoyé mon texte en temps et en heure cette fois, mercredi matin à 11 h 59 et à mon âge il m'est très désagréable de recevoir publiquement des leçons de partage . Tu comprendras que dans ces conditions là , je n'ai plus envie de continuer sur l 'Herbier. Dommage, j'aimais bien mais je viendrai vous lire tout de même !

        Avec beaucoup de regrets , Balaline

      • Adamante
        Vendredi 23 Mars à 12:00
        Encore une fois, ce texte n'est pas arrivé jusqu'à l'herbier mais cette fois je n'ai pas voulu allez le chercher ici pour le rajouter à la page lorsque j'ai reçu l'avis de parution. L'herbier c'est avant tout une page commune et sa porte te reste ouverte. Une question de choix, tout simplement.
    2
    Vendredi 23 Mars à 07:39

    J'écoute depuis longtemps la Liberté , elle a un gout sucré , salé que j'aime 

    Que j'aime , que j'aime !!!

    3
    Vendredi 23 Mars à 07:50

    J'aime beaucoup ton poème, Balaline.

    Un grand merci pour ce partage.

    Bises et douce journée.

    4
    Vendredi 23 Mars à 09:33

    Les femmes et les chaussures

    une grande histoire d'amour ;-)

    5
    Vendredi 23 Mars à 10:18

    "Femmes libres vos âmes éblouissent encore le chemin" et vos pas résonnent dans notre marche vigilante incertaine où, toujours, des dictateurs écrasent ceux qui ne demandent qu'à vivre libre

    Un beau texte Balaline, merci

    6
    Vendredi 23 Mars à 11:30

    Délicate ode à la liberté féminine, à la féminité libre, toujours trop fragiles, toujours menacées, mais toujours  éblouissantes!

    Vivons femmes, vivons libres yes

    7
    bizak
    Vendredi 23 Mars à 15:13

    J'aime ces pas de danse qui font swinguer mes étoiles, elles sont belles dans leur bonheur, elles éclairent nos routes affamées et nous disent l'amour de la vie.

    Bises ravies

    8
    Vendredi 23 Mars à 18:01
    célestine

    Un bel hommage, Balaline, à ces femmes qui ont tracé de leurs pas menus le chemin de notre liberté.

    Bisous poétiques.

    ¸¸.•*¨*• ☆

    9
    Samedi 24 Mars à 10:44

    Que dire devant ton texte aussi émouvant que l’œuvre de Doris Salcedo..
    "Deux petits chaussons fragiles
    sur une toile cousue à grands points...
    Mystère de cette vie où l'humanité et ici la femme en particulier
    passe et repasse sur les chemins de l’existence
    en usant ses pieds et son cœur
    sur les pavés de la haine et de la violence...
    Danser, marcher
    sur la pointe de l'âme et du cœur
    jusqu'à la souffrance extrême..."

    ****

    Merci pour ce texte poignant et magnifiquement beau...

    Sur la pointe des pieds, fragiles, la femme traverse les temps ....

    10
    Samedi 24 Mars à 13:10

    Comme le dit si bien Marie, un texte très émouvant, Balaline. J'aime beaucoup la façon que tu as d'écrire sur les femmes. Nos mères, nos amies,celles qui demeurent une porte ouverte sur la vie. Je t'embrasse bien affecteusement.

    11
    Samedi 24 Mars à 16:42

    Tant qu'il y aura des femmes libres

    leurs souliers marqueront le tempo

    demain leur est ouvert à toutes !

    12
    Dimanche 25 Mars à 08:57
    marine D

    Ton texte est merveilleux Balaline, très émouvant, merci

    13
    Dimanche 25 Mars à 19:35

    Bonsoir Balaline,

    Sur la pointe des pieds, j'arrive ce soir pour te saluer et te dire l'émotion que  j'ai ressenti en lisant tes mots magnifiques et si bien choisis !

    Merci et très bonne soirée.

     

     

     

    14
    Jeudi 29 Mars à 09:16

    Bonjour Balaline,

    On sent combien la liberté des femmes est fragile, mais on sent aussi qu'elles sont là, debout, et nous rappellent qu'il y a encore bien du chemin à faire, bien des danses à danser sur la piste de la vie, avant que la liberté soit évidente pour toutes.

    Bel hommage tout en douceur poétique, comme toujours tu mets la plume exactement là où l'émotion va nous toucher. Bravo.

    Belle journée. Bises.

    Fabrice

    15
    Dimanche 1er Avril à 19:48
    Jaime beaucoup la photo qui l'accompagne. .. ☺
    16
    Mardi 3 Avril à 15:45

    Coucou Balaline

    Un texte magnifique où excellent les mots tendresse, délicatesse et grandeur d'âme... J'aime bcp !

    Merci de ce beau partage

    Bisous

    17
    Mardi 1er Mai à 16:34

    Une belle inspiration ! Bravo Balaline

    18
    Mardi 15 Mai à 15:32

    Je pleure ton silence

    espérant ton retour

    après les saint de glace

    le soleil revient toujours !

    19
    Mardi 22 Mai à 10:46

    Un petit coucou de mai tes poèmes nous manquent

    20
    Mercredi 4 Juillet à 00:14

    beau texte

    j'adore le tableau!!!

    besos

    tilk

    21
    Mercredi 8 Août à 01:05

    bel hommage (et beau tableau) 

    muchos besos

    tilk

    22
    Mercredi 12 Septembre à 16:59

    Les "tangotantes"..........Joli mot.

    23
    Dimanche 16 Septembre à 15:18
    célestine

    Que deviens-tu, Balaline ?

    Rien de grave ne t'éloigne des blogs, j'espère ?

    Bisous

    24
    Lundi 8 Octobre à 18:55

    Balaline ! Je suis revenu. Et tu es partie! Quand reviendras-tu ?
    Quand reviendras-tu ?
    An
    (j'ai changé d'url. Celui écrit ici est le bon)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :