• En mémoire du bleu

    A day at the sea  de Susi S 

    pour l' Herbier poésies d'Adamante

     

    Ils avaient couru vers le bleu

    ce bleu tendre de leur adolescence

    fleurs pervenche à la rosée de l'aube

    Ils avaient joué dans le bleu

    saphir limpide de la vague océane

    profond, vertigineux 

    ensorcelant et doux

    Ils s'étaient aimés dans le bleu

    bleu nuit aux portes des promesses

    des mots sucrés si lumineux

    un drap de soie sous les étoiles

    dans le balancement des flots

    L'été a chaviré brutal

    le bleu a sombré dans le noir

    les rires effacés sous la brume

    La mer a pris les couleurs de l'hiver

    le coeur ne bat plus sa mesure

     

    C'était hier, ce bleu myosotis

    il avait la couleur de ses yeux

    c'est pourquoi l'océan me parle

    on ne guérit jamais tout à fait

    de ces bleus posés sur l'absence 

    Balaline

     


  • Commentaires

    1
    bizak
    Vendredi 2 Mars à 09:34

    Oh ! le bleu, peut-il perdre ses couleurs et ne plus se raviver dans le chant de l'été à venir !

    Très beaux, tes mots, Balaline !

    2
    Vendredi 2 Mars à 09:46

    Un bleu qui prend la teinte d'un profond bonheur saisonnier. Après l'hiver reviendra le printemps puis le bleu de l'été sera-t-il aussi bleu que ses yeux ????

    3
    Vendredi 2 Mars à 10:49

    le bleu est comme la mer 

    vague à l'âme

    et bleu au coeur des profondeurs.

    4
    Vendredi 2 Mars à 12:05

    Ces bleus qu'on a aimés,

    ces bleus qui ont marqué

    nos cœurs et nos regards,

    ces bleus évanouis dans le temps

    qui virent au noir

    comme de vilaines blessures...

    Bleus des absences

    Bleus des solitudes

    Bleus de l'indifférence...

    Alors on regarde encore la mer

    ou le ciel parfois

    pour y cueillir encore

    un peu de bleu d'avenir...

    5
    Vendredi 2 Mars à 12:13
    célestine

    Magnifique ode au bleu...et aux bleus à l'âme quand le temps vire au gris... :-)

    ¸¸.•*¨*• ☆

    6
    Vendredi 2 Mars à 18:59

    J'adore "A day at the sea" et j'adore tes mots bleus. Texte magnifique, poétique ! Je trouve que le rythme en est parfait. 

    Très beau week-end Balaline et merci, c'est un plaisir de te lire  kiss

    7
    Samedi 3 Mars à 09:09

    Ta page est magnifique, Balaline.

    C'est vrai qu'on ne guérit jamais.

    J'ai aimé te lire et tes mots m'ont renvoyé au Petit Prince et à la couleur des blés.

    Passe une douce journée. Bisous.

    8
    Samedi 3 Mars à 19:54

    Je ne sais si cette nostalgie bleue a juste le goût de l'adolescence perdue ou quelque chose de plus dramatique... mais elle m'a immédiatement remis cette chanson en mémoire:

    https://youtu.be/152NNtvpAY4

    Tendresse

    9
    Mardi 6 Mars à 10:55

    Les bleus du Cœur en souvenir , les bleus de l'Ame comme une empreinte indélébile

    Je ne crois pas qu'ils s'effacent mais peut être s'adoucissent ils ...

    Au moins un peu ....

    C'est un très beau poème qui ne me laisse pas indifférente

    Je t'embrasse Balaline

     

    10
    Jeudi 8 Mars à 05:11

    On part du bleu tendre, celui de l'adolescence, de la jeunesse, de l'été... On arrive sur le bleu ecchymose, celui de la mélancolie aussi, dont, il est vrai, nul ne guérit complètement, mais je veux croire qu'ils nous grandissent aussi, font partie des couleurs de nos vies (tout ne peut pas être rose).

    Toujours un plaisir de lire cette poésie sensible, si vraie, qu'on ne peut que s'y retrouver, s'y reconnaître. Merci.

    Belle journée, Balaline. Bises

    Fabrice

    11
    Vendredi 9 Mars à 07:56
    marine D

    On n'en guérit pas de ces bleus de la mer immense et de ces yeux d'un amour juvénile et total, que l'on cherche toute sa vie

    Bonne journée Balaline

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :