•  

     

     

     

     

    Photo Susi S

    Pour l'Herbier de poésies 

     

    J'aime le vent soyeux au souffle parfumé

    qui fait frémir mes lianes

    et pleurer mes baisers.

    J'aime l'ombre légère

    au doux chant de ruisseau

    levée à l'aube pâle

    endormie sous mes ailes.

    J'aime quand tu me frôles

    ma crinière aérienne

    exhalant la beauté.

    J'aime les mots des poètes

    leurs paroles en bourgeons

    qui viennent s'épancher

    au profond de la nuit.

    J'aime danser sur l'eau

    désaltérer mes rêves

    y puiser mes silences.

    Je suis l'arbre de vie

    le protecteur des âmes

    l 'un des sages de la terre.

    J'aime

    quand vous m'aimez  !

     

    Balaline

     

     


    14 commentaires
  •  

    Pour l'Herbier de poésies d' Adamante,

    sur une toile de  Alvaro De Taddéo 

     

    Sur la vitre bien trop lisse

    où se mêlent les reflets

    d'une enfance trop dorée,

    où dort la part de rêve? 

     

    D'une cage grande ouverte

    sur les senteurs poivrées

    de chemins et de prés,

    de tartines en partage

    dans les rires d'un goûter,

    de secrets échangés 

    à la sortie des classes,

    de petits riens tout simples

    en bordure des jours,

    de la beauté des choses,

    de choses vraies,

    enfin !

    Balaline

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

    Image Adamante

    Pour l' Herbier de poésies

     

    En gouttes d'ombre

    lentement transcendées

    par la lumière des aubes,

    une vie se dessine:

    l'image un peu floutée

    aux formes imparfaites

    où bat un coeur d'amour.

    Le miroir d'eau frissonne

    aux sons ténus

    de ce chant prénatal.

    Dans la quiétude 

    des matins silencieux

    où somnole le rêve,

    pas à pas

    murît le fruit.

    Balaline


    9 commentaires
  •  

     

     

     

    La vendeuse de fleurs de Georgios Jakobides 

     

    Enfance soie aux cernes bleutés

    Petite âme en désespérance

    Ni le froid de la pierre

    Ni l'indifférence des passants

    ne sauront altérer ce sourire

    en attente du premier soleil

    Caresse maternante sur voile de tristesse

    cette onde bienfaisante

    comme une mère aimante

    lentement glisse et réchauffe

    permet aux rêves de s'ouvrir

    comme la fleur s'épanouit

    Moment privilégié où s'endort la misère

    quelques instants volés à l'innommable

    où l'espoir a soudain un goût de friandise

    Balaline

    Pour l'Herbier d' Adamante

     


    13 commentaires
  •  

     

     Pour l'atelier poésies d'Adamante d'après un dessin de  Jamadrou

     

    Nostalgie des nuits de transhumance

    Regards perdus sous les étoiles

    Odeurs d'herbe et de suint

    coulant dans le soir doux

    Un chapelet laineux

    comme leste couleuvre

    se glisse vers l'alpage

    La nuit s'étire en heures mystérieuses

    eau vive enveloppée de chaud

    quand la bélière souffle sur le silence

    Seule cette ondulation de vie

    sans paroles et sans cris

    ouvre la voie de l'insaisissable

     

    Balaline

    19 avril 2017

     


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique