• Sur un dessin de Victor Hugo

    En haïbun (prose brève et haïku ) pour l'Herbier de poésie d'Adamante

     

    Sous les frondaisons sombres, le chemin d'ombres nous conduit aux mystères.

    Superstition, croyances, sciences de l'étrange..... Où sont tapies toutes nos peurs

    ancestrales ?

     

    Château- fantôme

    Délivrance de l'aube

    Le cri s'est tu

     

    L'image se délite. Le loup gris s'est enfui. Seul le matin subsiste.

     

    Balaline

     

     

     


    12 commentaires
  • Pour l'Herbier poésie d' Adamante

     

    Plus d'ombre, plus de vie, plus de cris.

    Le silence ravive

    la torpeur des jardins.

    Sous ses cheveux défaits

    la terre se craquelle.

    Epuisée d'artifices

    de chimie, d'irraison

    son monde devient flou.

    Le monde devient fou.

    Le temps nous est compté

    du ciel jusqu'aux racines.

    Je t'en supplie:

    " Résiste ! "

     

    Balaline


    12 commentaires
  •  

     

    La danse d'un été et ses douceurs de miel...

     

    Quand l'océan frissonne

    il berce ses oyats.

    Au jardin, solitaires

    les hampes échevelées

    se baignent de lumière.

    Parées d'or pur, de plumes et de blanc

    elles espèrent en choeur

    l'envol de gourmets butineurs.

    Pour une amourette dans ce fol été

    les ballets du vent, les parfums miellés

    deviennent caresse et chemin de vie

    à l'orée du jour. 

     

    Balaline

    pour l'herbier de poésie d'Adamante

    sur une photo prêtée par Jeanne Fadosi


    9 commentaires
  • Il est libre....

    Il y a des aurores si lumineuses

    que l'on croit naître au tout premier jour.

    Il y a des silences si intenses

    où les sommets deviennent irréels.

    Les géants statufiés capturent la lumière

    l'eau, le vent, le glacier

    quelques touffes herbeuses pour isard solitaire

    quand le vautour se tait.

    Et nous marchons encore, encore

    parce que pas nés oiseaux.

    Oiseaux ?

    Une ombre bleue crisse dans le matin

    soie d'azur qui emporte le rêve.

    L'homme vole, plane

    dérobe le silence, la beauté et la paix,

    il est libre, libre, libre....

     

    Balaline  13/11/2016

    pour l' Herbier de poésies d'Adamante

    sur une toile de Françoise-Isabel

     

     


    14 commentaires
  • La lune noire

    éclabousse la nuit

    Des lambeaux de suie

    ombres fragiles

    sur la toile de vie

    s'estompent

    Masque de l'étrange

    ou peinture de peine

    l'homme noir épie

    Inquiétude

    prémonition

    le bourdonnement des voix s'est tu

    A pas lourds et usés

    la matriarche

    avance vers son destin

    Elle s'en va rejoindre

    les autres âmes grises

    ces feux follets dansant

    qui illuminent

    chaque nuit Africaine

    Balaline

     

    pour l'Herbier de poésies d'Adamante


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique