• Fleurs printanières 31 mars 2009 006

     

     

    La nuit n'est jamais complète

    Il y a toujours puisque je le dis

    Puisque je l'affirme

    Au bout du chagrin une fenêtre ouverte

    Une fenêtre éclairée

    Il y a toujours un rêve qui veille

    Désir à combler faim à satisfaire

    Un coeur généreux

    Une main tendue une main ouverte

    Des yeux attentifs

    Une vie la vie à se partager.

     

                   

                    Paul Eluard      Derniers poèmes d'amour

     

     

     

     Malgré ce long hiver, je ne vous oublie pas, même dans le silence. Amitiés à vous , Balaline.


    8 commentaires
  • Le petit Nice & Biscarosse 22 novembre 2009 004-copie-1

     

     

    J'ai poussé les murs de la pluie

    Sur un chemin d'herbes fragiles

     

                                                           J'ai trouvé dans le sable clair

                                                            Les pas d'un enfant d'autrefois

     

                                                            J'ai compté des pierres de sang

                                                             Dans le sentier des contes bleus

     

                                                              J'ai retrouvé sous les tilleuls

                                                             Des étés bruissants d'abeilles

     

                                                            J'ai tenu dans mes mains avides

                                                            Les seins tendus de l'aventure

     

                                                             J'ai senti sous mes genoux durs

                                                             Le doux pubis d'une amoureuse

     

                                                              J'ai plongé dans l'eau du matin

                                                              Pour ouvrir l'aube à mes vertiges

     

                                                              J'ai marché vers d'anciens villages

                                                              Où les chats caressaient la nuit

     

                                                               J'ai creusé des couloirs de neige

                                                               Sous des masques de pierre noire

     

                                                               J'ai traversé des landes mornes

                                                               Avec des fleurs de tragédie

     

                                                               J'ai déchiré des brouillards blancs

                                                               Pour serrer des ombres vivantes

     

                                                               J'ai tenté d'atteindre l'espace

                                                               Vers les vagues de l'horizon

     

                                                                J'ai tenu le visage obscur

                                                               Qui parle aux portes du miroir

     

                                                               J'ai poussé les murs de la pluie

                                                               Pour entendre d'autres paroles.

     

                                                                   Georges Jean

     

     


    23 commentaires
  • Merci pour tous vos petits mots-pains chauds qui viennent réchauffer matins et soirs frileux ,

     

    balaline

     

    En passant par le Lot & Garonne 27 mai 2008 005

     

    Il y a des matins en ruine

    Où les mots trébuchent

    Où les clefs se dérobent

    Où le chagrin voudrait s'afficher

     

    Des jours

    Où l'on se suspendrait

    Au cou du premier passant

    Pour le pain d'une parole

    Pour le son d'un baiser

     

    Des soirs

    Où le coeur s'ensable

    Où l'espoir se verrouille

    Face aux barrières d'un regard

     

    Des nuits

    Où le rêve bute

    Contre les murailles de l'ombre

     

    Des heures

    Où les terrasses

    Sont toutes

    Hors de portée

     

    "Par- delà les mots "  Andrée Chedid


    12 commentaires




  • Et la mer et l'amour ont l'amour pour partage,
    Et la mer est amère, et l'amour est amer,
    L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
    Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.


    Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,
    Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
    Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
    Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.


    La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
    Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
    Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.


    Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
    Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
    Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes .


    Pierre de Marbeuf


    22 commentaires
  • Devant la porte de l'usine
    le travailleur soudain s'arrête
    le beau temps l'a tiré par la veste
    et comme il se retourne
    et regarde le soleil
    tout rouge tout rond
    souriant dans son ciel de plomb
    il cligne de l'oeil
    familièrement
    Dis donc camarade Soleil
    tu ne trouves pas
    que c'est plutôt con
    de donner une journée pareille
    à un patron?


    Jacques Prévert 

    Paroles


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique