• Solitude

    Photo Jean-Jacques Neste ( les amis de la Creuse ) 

    Pour l'Herbier de poésies d'Adamante

     

    Une longue peau de soie, nacrée, immense de solitude.

    Ses pas de coton blanc mènent droit au jardin de l'oubli. 

     

    L'enfant aux cheveux noirs

    poussé trop vite

    étonné du silence

     

    L'espace nu, engourdi au réveil, surpris de tant d'innocence.

    Et les notes figées, le matin blême, la lumière diluée où l'horizon s'estompe.

    Un voile s'est posé, une paix retrouvée, des souvenirs d'enfance y glissent sur la

    place.

     

    Les longs bras conquérants

    dessinés à la plume

    Lui, un phare sur la plaine

     

    C'est le temps du frisson, d' un aller vers le pur, du grand pardon du ciel.

     La terre a blanchi cette nuit, candide, mère aimante, gardienne

    des premiers émois, des premiers cris, des premiers pleurs.

    Des années de blessures gommées sous l'étoupe des nuages... un semblant de

    pardon, une imposture ?    

     

     Balaline


  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Février à 14:57
    Je ne crois pas à une imposture...
    Mais la question termine joliment ta magnifique page.
    Bises et douce journée.
    2
    Vendredi 23 Février à 22:34

    Une imposture, sans doute pas, je n'y crois pas non plus, et ta poésie est loin, elle aussi, d'en être une. Elle a sublimé cette image.

    Bon weekend, bises.

    Fabrice

    3
    Samedi 24 Février à 09:24

    Temps des  frissons

    et du pardon

    la neige gomme les blessures dans son silence blanc...

    Ton poème est d'une grande beauté, chargé d'émotions.

    4
    bizak
    Samedi 24 Février à 12:02

    Cet arbre en silence et seul dans le vertige de la neige, nous invite à méditer sur notre solitude. Et ton poème est source de vie et du temps éphémère, et est d'une beauté tranquille.

    Bises

    5
    Samedi 24 Février à 16:08
    célestine

    Splendide illustration de ton très beau poème.

    La solitude sied à ton écriture.

    Bisous étoilés d'admiration

    ¸¸.•*¨*• ☆

    6
    Dimanche 25 Février à 06:12
    marine D

    Tu m'as emportée Balaline, dans les branches enneigées de cet arbre, comme un phare dans la plaine, et plus loin encore...c'est superbe

    Merci

    7
    Dimanche 25 Février à 08:51

    La neige , l'hiver nous invite à l'introspection , à cette solitude que pour beaucoup nous aimons ,

    Elle nous va bien cette solitude si on ne l'appréhende pas comme un châtiment  mais comme un retour vers soi ...Les blessures et le pardon en découlent ils pour autant 

    Merci Balaline de m'interroger à ce sujet , très beau texte à lire et relire et à méditer

    Passe un beau dimanche ...

     

     

    8
    Dimanche 25 Février à 14:17

    Elle est poignante, cette solitude arbustive, et tes mots l'expriment avec une splendeur déchirante.

    9
    Dimanche 25 Février à 18:52

    Magnifique et tu as dis tous les mots, inspirée par cette belle photo !

    Bonne soirée et très bonne semaine Balaline.

     

     

    10
    Lundi 26 Février à 10:48

    Il aurait été bien dommage de manquer ce texte sensible. Imposture, je ne sais pas. Il est vrai que la laideur gommée ne la supprime pas. Je dirais plutôt parenthèse et même parenthèse nécessaire au ressourcement, comme le sommeil est réparateur de l'éveil.

    merci Balaline de donner à réfléchir et belle semaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :