• Un peu de toi

    Le petit Nice & Biscarosse 22 novembre 2009 014

     

    Un peu de toi

    enveloppé d'embruns

    bordé du temps qui passe

    doucement

    a sombré dans la nuit

    Les pas du souvenir

    racontent le silence

    La mer s'est tue

    On n'a plus de mots

    pour l'absence

    Pire

    la douleur tapie là

    grignote

    le ciel bleu

    Je cherche le nuage

    qui cache ton sourire

    et éloigne ta voix

    Même le bruit de mer

    en cotonnade grise

    chuchote à présent

    L'été ne sera plus

    ni les mots doux

    les rires plein le coeur

    les jours soyeux

    Un point à l'horizon

    ma barque de tendresse

    quelque part en dérive

     

    Tu la reconnaitras.

     

    Balaline

     

    16 octobre 2013


  • Commentaires

    1
    Mercredi 16 Octobre 2013 à 18:44

    Je ne sais que te dire, Balaline.

    Je voudrais temps que reviennent les rires, les souvenirs du temps passé, que la barque de tendresse ne se perde pas dans la brume...

    Prends bien soin de toi, Amie.

    Tu recevras bientôt, tout bientôt le sourire d'une marguerite à 103 pétales.

    Je t'embrasse fort.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 16 Octobre 2013 à 21:14

    Elle est si tendre et si triste cette poésie qu'elle me laisse rêveuse. Il faut laisser la plage aux romantiques pour ne se souvenir que des rires et des chants du passé, et ton sourire réapparaîtra en ton coeur ...

    3
    Mercredi 16 Octobre 2013 à 21:15

    Une barque comme un coeur blessé ...

    4
    Jeudi 17 Octobre 2013 à 09:49

    La barque de tendresse est une barque de tristesse qui cherche un point d'ancrage pour  déposer la tristesse et ne repartir qu'avec la tendresse. Elle accostera un jour sur le nuage et celui-ci se déchirera, le temps pleurera et accueillera l'arc en ciel avec un sourire timide puis un sourire à partager!

    Balaline, la prochaine fois que je descends, j'aimerai te rencontrer si tes pas te mènent en Aspe. J'y ai déposé ma barque, elle est de tristesse quand elle se seule de moi et moi seule d'elle, elle sourit et se promène dans les nuages à la rencontre des isards et des vautours fauves dès que j'accoste la bas....

     

    Adichat Balaline

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :