• Une petite place au soleil

    Les fiançailles Le Bouyssou été 2006 066




    "On ne peut ressentir la douceur de cette vie sans en même temps concevoir une colère absolue contre le mal qui la serre de toutes parts."

    Christian Bobin       Extrait de L' Inespérée

    #########


    JUSTE
    Une toute petite place
    Bien au chaud
    La nuit où le froid dure
    Le jour où le froid mord
    Les nuits
    Les jours
    Leurs précieuses vies
    Perdues dans l'indifférence
    Absolue
    Leurs précieuses vies
    Mais pour qui ?


  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 00:04
    Magnifique, Christian Bobin... Et bien beau poème !
    2
    Ut
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 08:34
    Pour toi, pour moi... pour l'Aimer!
    Nous avons oublié la vraie semence ; la première goutte d'humain!!!

    Net, droit, pudique et tellement pur Balaline!
    3
    ABC
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 09:34
    Mais pour qui
    Un cri
    Dans la nuit
    Dans le bruit
    Oui pour qui
    Pour celui
    Qui malgré tout vit !
    4
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 09:53
    Merci d'avoir ressorti cette phrase d'une de mes livres préférés de mon auteur préféré... je ne m'en souvenais pas. Elle est si poignante, si vraie, et elle s'accorde parfaitement avec ta photo.
    Le mal est partout en ce monde, mais sa noirceur est infiltrée de failles lumineuses et lorsque le rayon de l'une d'elles perce jusqu'à nous, il n'y a plus qu'à la laisser nous inonder et dire merci pour avoir pu connaître cela, quel que soit le temps que le miracle dure...
    Je te souhaite de passer ces jours baignée de lumière douce, à "ta place au soleil".
    5
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 10:06

    Cette trouée de lumière sur les feuilles sèches et d’un très bel effet, j’aime, bravo   

    6
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 10:30
    La vie devrait être précieuse pour tous...

    Merci, merci infiniment, Balaline, pour tes mots du jour.
    7
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 18:23
    Tu parles des précieuses vies des S.D.F. ? Mais qui s'en soucie ?
    On en parle "sérieusement" en ces temps de grand froid et à l'approche des Fêtes de Noël, mais ce n'est que pure hypocrisie ! En fait tout le monde s'en fout du moment que son petit confort personnel est assuré ... Bien sûr, leurs sorts attendrissent l'opinion publique, mais très peu de gens accepteraient de les accueillir chez eux. Ils sont comme les feuilles mortes, on aimerait que le vent les emporte ... Voilà, la triste réalité !
    8
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 19:39
    Il est juste de tout faire pour qu'ils restent vivants...
    9
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 23:05
    Je viens de lire un superbe texte chez Laudith sur le même sujet et ce sont tes mots qui m'émeuvent aussi maintenant...
    Quand la justice et l'égalité seront-t-elles réellement présentes dans le monde ?
    Je partage ce que dit Christian Bobin , mais tu as écrit que c'est tiré de "L'inespérée" Je pensais que c'était un extrait de "La désespérée"....
    Bises à toi Balaline et bon week-end (sous la neige peut-être...) 
    10
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 23:19
    Puisqu'on parle d'identité nationale, la France s'honorerait de mettre le paquet (slogan cher à notre président) pour construire l'habitat nécessaire et rémunérer les équipes adaptées, mais seulement voilà, il est d'autres priorités et la promesse annoncée à grands coups de sentance morale il y a juste 3 ans s'est évaporée... sans doute à cause du réchauffement climatique.
    Amitiés
    11
    ABC
    Samedi 19 Décembre 2009 à 09:36
    Je te propose un petit jeu sucré pour réchauffer le week-end et préparer les festivités... Et échapper à la morosité...
    12
    Samedi 19 Décembre 2009 à 14:20
    Toute vie est précieuse, mais tant de richesses mal partagées nous éloignent du vrai sens de la vie qui est fait d'attention aux autres et de partage. Injustice ! Il faudrait, en ce vingt et unième siècle, que nul ne connaisse le froid, la faim ou la peur.
    13
    Dimanche 20 Décembre 2009 à 20:37

    Un signe d'aube dans la pénombre
    pour ne pas oublier qu'elles furent des bourgeons

    14
    O.
    Mardi 22 Décembre 2009 à 11:05
    belle imag, très belle, espérante

    le poème me plait aussi
    bises
    15
    Mercredi 23 Décembre 2009 à 17:58
    oui, tu as raison tout le monde n'a pas sa place au soleil
    Bises
    16
    Mercredi 23 Décembre 2009 à 19:36
    La misère est partout en ce monde, et parfois un petit rayon de soleil (même si cela n'est pas suffisant) peut la soulager, et lui redonner l'espace d'un instant un sourire. Tu es un beau petit rayon de soleil Balaline! 
    Bisous. Marie.
    17
    Mardi 29 Décembre 2009 à 12:33
    Très beau, le fond comme la forme. Poète et citoyenne à la fois.
    18
    Dimanche 7 Février 2010 à 20:58
    Merci de rappeler combien la vie des autres est précieuse. Merci pour cette belle citation de Ch. Bobin, si vraie...
    19
    chris
    Samedi 6 Septembre 2014 à 17:33
    oui mots différents et même pensée...j'aime la question finale...belle journée...
    20
    Oo° Kri °oO
    Samedi 6 Septembre 2014 à 17:33

    Un très bel extrait de Bobin.
    Il y a tant de place au soleil...pourquoi certains n'y ont ils pas droit...injustice!

    21
    Mardi 10 Mars 2015 à 00:46

    Je reviens a ce beau poeme que j'aime encore.

    Amities Balaline

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :