•  

     

    J'ai rêvé d'une barque qui rentrerait au port,

    ses filets, ses paniers, garnis de poésie.

    Le voyage des mots par delà les frontières,

    des mots touchants, aimants, sucrés, 

    aux couleurs de la Terre.

    Dans mon jardin de mer, où flottent les méduses,

    les rêves immobiles ont un goût d'avenir.

     

    Des chaînes invisibles

    au maillage parfait

    tissent

    une chanson d'amour

     

    L'ombre s'est faite douce sur le ciel du couchant,

    les battements de coeur comme vagues pleureuses,

    sussurent à mots offerts

    le plus beau des poèmes.

     

    La beauté s'est donnée au monde

    moissons d'hier et de demain

    pour que les hommes s'apaisent enfin.

     

    Balaline   08/07/2017

     

    J'ai rêvé...

     

    5ème Anthologie publiée au profit de l'association " Rêves " :

    L'association qui réalise les rêves des enfants très gravement malades .


    14 commentaires
  •  

     

    Elles sont là,

    les rides qui courent vers la mer

    libres de vivre et de mourir

    sous la respiration de la vague.

    Le temps battu d'écume

    et nos saisons froissées.

    Seule la mer

    garde son chant du premier jour.

     

    C'étaient donc les racines é-mouvantes

    coulant nues sur le sable mouillé

    cordes blessées par le ressac du soir

    en tendresse avec le jour qui vient. *

    En inspiration- réponse à Jamadrou sur Vertige 

     

     


    16 commentaires
  •  

     

    Comme un livre ouvert

    à la page du silence

    quelques lignes de vie

    s'écrivent sur la soie

    et la beauté embrase

    cette fragilité

    née un matin d'avril

    pour adoucir le jour

    Bonjour Délicatesse !


    10 commentaires
  •  

    Dans un ciel d'eau profonde

    les nuages s'apaisent

    Là-bas, une île

    cette ombre sur la terre

    Fenêtre ouverte sur la nuit

    à admirer ces flocons d'encre

    Berger d'un soir sans lune

    en recherche des chemins de lumière


    15 commentaires
  •  

    " Panturle regarde le bon pain, gros et solide, le pain des champs, le pain de la

    farine faite au mortier de marbre; le pain, et de sa mie qui est rousse,

    on tire parfois une longue paille droite et étincelante

    comme un rayon de soleil. "

    Jean Giono   Regain


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique