•  Proposition 100 de l'Herbier poésies 

    illustration Adamante

     

    Nina s'est installée dans l'hiver, chaussons blancs et provision de laines, quelques romans d'amour et .... la fuite du temps .
    Un nouvel hiver, une autre solitude qui s'égoutte sur ses vitres de brume et son ciel de cafard. Presque le bout du monde, la plaine ensevelie sous des couches de silence.

     

    Au bout du jour, peut-être
    la consolation
    des beautés ouatées du couchant

     

    Le vent a mugi aujourd'hui, porteur de souffles vagabonds, de soupirs douloureux, de défaite.
    Les heures creuses, une à une, s'enlisent.

     

    Le rêve enfui
    écouter les battements de coeur
    le passeur de sourires

     

    Où vas-tu Nina, dans ce sentier aux herbes buissonnières, déjà fanées, déshabillées de vie ?
    Trouveras-tu la porte de l'oubli, l'odeur des pétales de jasmin, la respiration soyeuse d'un jour de joie? 

    Un chemin de hasard
    une ribambelle de cyclamens rosissants
    cadeau des heures douces

    Tu vois, ton pas se presse et le rose des fleurs embellit ton sourire.

     

    Balaline

     

     


    11 commentaires
  •  

     

     

    Sur une image de Marine D,

    pour l'Herbier poésies d'Adamante

     

    ELLE semble si docile

    Apaisée

    Attentive

    à la plaine argentée étendue à ses pieds.

    Son échine est offerte

    aux caresses des nuages

    au bruissement des vents

    aux regards envieux grimpant jusqu'à ses cimes .

    Et nous marchons encore

    dans ce silence blanc

    aux vastes solitudes

    l'esprit nu et fiévreux

    à la conquête de la grâce.

    Balaline

     


    12 commentaires
  • Proposition 96 pour l'atelier poésies d'Adamante

    d'après une oeuvre de Françoise Isabele

     

     

    As-tu vu mon ami, le sourire éclatant d'un dimanche au soleil peint en technicolor?

    Draps d'argent, poisson lune et cerises amères, quel délicieux déjeuner aux champs !

    Alors on s'improvise magicien de l'instant, jongleur de nuages, souffleur d'akènes blancs ou peintre de l'indicible.

     

    As-tu senti ami, les fragrances sauvages qui courent sur les herbes, les pétales d'envie qui ondoient dès l'aurore, les longs cordons iodés dérivant sur la grève ?

    Et l'on danse en riant à ce plein d'harmonie, à ce bouquet festif dorlotant nos désirs, à la vie qui palpite chaque brin de  silence.

     

    As-tu posé tes rêves sur le tronc engourdi d'un chêne centenaire, tes mots endoloris sur la blessure fraîche  d'une fleur printanière ?

    Dans ces élans de coeur où débordent les larmes, les rires et les joies, nous croyons fermement que la terre survivra, à nos caprices, à nos manques, à la déroute humaine.

                                   Balaline

     


    12 commentaires
  •  

    Pour l'Herbier poésies d'Adamante 

     

     

    Où puises-tu tes racines et ta vie ?

    Dans l'ombre noire et sèche d'un vent mauvais ?

    Dans le levain stérile de cette lande aride ?

    Sur les sables mouillés par la complainte immense

    de l'océan toujours plus endeuillé ?

     

    Nous ne vieillirons pas ensemble,

    nos chemins se séparent aujourd'hui.

    Nous ?

    Qu'est-ce que c'est ?

    Une espérance ?

    A-t-on le droit de bâtir un paradis sur une espérance ?

    Peut-être, quand les voeux de tous les humains

    éclaireront de ce même soleil,

    élan magique

    où la terre baignera dans une douce lumière. 

     

    Balaline

     


    10 commentaires
  •  -

    Pour l'atelier de poésies d ' Adamante

     

    Est-ce  une blessure que  ses longs bras noirs tendent vers le ciel ?

    Est -ce la morsure  d'un hiver trop cruel qui les rendent amers ?

    L'arbre est immobile,  sans peur et sans cris, dans la nudité d'un moment de vie. 

    Sa vie attachée aux cordons sinueux qui dansent sous la terre. 

    Sa vie modelée au rythme des jours, des pulsions terrestres et des bleus du temps. 

    L'arbre est en prières. 

    Un être appelant, chuchotant des sons que les initiés savent décrypter. 

    Soupirs de forêt. 

    Une communion envahit soudain le trop grand désert d'une page blanche. 

     

    Balaline

     

     


    15 commentaires